Booking on-line

Arrivée
Nuits
Chambres
Adultes
Enfants

Relax

 

L’eau thermale de Sirmione est sulfureuse salso-bromo-iodique car elle est riche en soufre, chlorure de sodium, brome, iode, zinc, manganèse et sélénium. 

Elle naît du Mont Baldo, à 800 mètres de hauteur, pour pénétrer jusqu’à 2.500 mètres en dessous du niveau de la mer, elle s’enrichit en minéraux, augmente sa température pour remonter en surface. 

Le cycle entier dure 20 ans au bout desquels l’eau devient thermale. En outre, elle demeure bactériologiquement pure tout au long de ce parcours. 

Elle est célèbre dans le monde entier, car elle soigne les problèmes respiratoires, les maladies rhumatismales et vasculaires, la surdité  rhinogène, les problèmes dermatologiques et gynécologiques. 

En quelques mots: sinusite, bronchite, otite, psoriasis, arthrose et rééducation motrice. 

Elle fut découverte en 1889 par un plongeur vénitien appelé Procopio, qui plongea dans le Lac de Garde près de Sirmione à la recherche de la source d’eau thermale dont on parlait depuis des siècles. 

Il suivit les bulles et, à 20 mètres de profondeur, il commença à donner les premiers coups de pioche. 

À un moment donné, un jet d’eau de 5 mètres jaillit ; le plongeur s’exclama: « Non ghe se aqua ghe se fogo » (il n’y a pas d’eau, il y a du feu). 

Depuis, la Source de l’ « eau qui boulle » est appelé Boiola. Après 7 ans de travail intense depuis cette découverte, on a réussi à concevoir un système d’ingénierie permettant d’emmener l’eau en surface sans la contaminer. 

Au-delà de ses propriétés curatives, l’eau a un effet bien-être qui vient de très loin;

un rituel presque ancestral que l’on ne comprend que lorsqu’on y plonge dedans. C’est sans doute pour ça que de nombreuses personnes pensent, après coup: « C’est sans doute comme cela qu’on devait se sentir dans le ventre de sa mère, dans le liquide riche en choses chaudes, bonnes et enveloppantes où on nageait, on dormait et on grandissait, beau et fort ». 

Une expérience vraiment unique, à vivre